Est-ce bien raisonnable de mettre fin au support d’Internet Explorer sur nos applications web ?

Publié par Stephen Clodic le

Temps de lecture : 3 minutes

Avant-propos

Si vous utilisez Internet Explorer pour lire cet article, je vous invite à prendre quelques minutes pour installer un navigateur moderne.
N’importe lequel, je ne suis pas difficile : Edge, Chrome, Chromium, Safari, Firefox…
Si vous ne voulez pas, lisez cet article jusqu’au bout et j’espère que vous aurez changé d’avis à la fin !

Le constat

Aujourd’hui, comme pour beaucoup d’applications web, l’expérience utilisateur peut être dégradée lorsqu’on utilise Internet Explorer pour accéder aux outils développés par RCA.

Pour corriger ce phénomène, il est nécessaire de faire des développements spécifiques, des tests et du support ciblés pour ce navigateur. Même avec la meilleure volonté, des fonctionnalités ne sont tout simplement pas supportées par ce navigateur vieillissant et parfois aucun contournement sérieux n’est possible.

De plus en plus, des technologies modernes respectant les standards du web ne sont pas utilisables avec Internet Explorer 11, certains frameworks et libraires de composants front, par exemple, ne sont pas compatibles. On pourrait tout simplement ne pas les intégrer… mais ce serait vraiment dommage de ne pas en faire profiter la majorité de nos utilisateurs.

À cela il faut ajouter les failles de sécurité notamment sur les versions antérieures à Internet Explorer 11 (source Microsoft 1). Microsoft recommande même de ne plus utiliser ce navigateur (source Microsoft 2).

Ce constat posé, nous avons pris la décision d’étudier une possible fin de support d’Internet Explorer sur les outils RCA.

La démarche

La première démarche a consisté à connaître le nombre d’utilisateurs sous Internet Explorer : moins de 3%. Heureusement la plupart des utilisateurs ont donc déjà migré vers des navigateurs plus récents !

Navigateurs de bureau utilisés pour accéder à nos applications web (09/2020)


Soucieux de rendre ces statistiques parlantes, nous interrogeons nos utilisateurs d’une part via un questionnaire proposé sur nos outils et nos clients grands comptes d’autre part.

Les grands comptes nous ont apporté une vision intéressante car certains travaillent aussi pour ouvrir la possibilité à leurs collaborateurs de passer par un navigateur moderne alors qu’historiquement beaucoup de DSI ne le permettaient pas.

En ce qui concerne le questionnaire, il nous a montré que dans la majeure partie des cas, il n’y a pas de blocage et un accompagnement adéquat par notre service client permet de guider les utilisateurs dans l’installation d’un autre navigateur.

Pour finir, une rapide recherche nous apprend que Microsoft eux-même mettent fin au support d’Internet Explorer pour Teams et Office 365 (source Microsoft 1, source Microsoft 2) respectivement en novembre 2020 et août 2021.

Nous voila confortés, nous nous calquerons sur l’agenda de Microsoft pour mettre fin au support d’Internet Explorer sur nos applications web.

Mise en pratique

Il faut maintenant accompagner les utilisateurs ayant opté pour Internet Explorer. Une pop-up est mise en place pour les prévenir plusieurs mois à l’avance et les guider vers une sélection de navigateurs supportés.

Une pop-up pour guider nos utilisateur vers des navigateurs modernes

Nous souhaitons aussi prendre du recul sur cette démarche et spécifier plus largement les systèmes d’exploitation et navigateurs supportés. Les règles de support de priorité 1 et 2 sont alors définies.

Support de priorité 1

Le support de priorité 1 regroupe l’ensemble de systèmes d’exploitation et navigateurs pour lesquels le support doit être complet avec toutes les fonctionnalités utilisables sans dégradation de l’expérience.
Seule la dernière version stable des navigateurs et systèmes d’exploitation de cet ensemble sont éligibles au support de priorité 1.

Support de priorité 2

Le support de priorité 2 regroupe l’ensemble de systèmes d’exploitation et navigateurs pour lesquels le support comprend toutes les fonctionnalités utilisables mais avec une dégradation de l’expérience possible.
Cet ensemble est constitué en fonction d’un pourcentage minimal d’utilisation permettant d’inclure un nombre satisfaisant de nos utilisateurs.

Exemples de dégradation de l’expérience acceptable :

  • En-têtes de tableaux non figés pour certains navigateurs
  • Défilement classique en remplacement d’un défilement infini

Conclusion

Mettre fin au support d’Internet Explorer est une bonne idée car elle permet d’offrir une meilleure expérience aux utilisateurs ainsi que de pouvoir déployer des fonctionnalités plus modernes.
En revanche cela doit s’accompagner d’une réflexion centrée utilisateurs afin de s’assurer de l’adhésion de ceux-ci et de limiter l’impact négatif d’une telle décision.

Catégories : Développement